VOUS AVEZ LA CLÉ

On n'enferme pas un enfant. Point.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par UNICEF France, à des fins d’information sur la campagne. Ces données ne sont pas transférées à des tiers hors de l’Union Européenne, ne font pas l’objet d’échange avec d’autres organismes et sont conservées pendant la durée strictement nécessaire à la réalisation de la finalité précitée. 

Conformément à la loi « informatique et libertés » et à la règlementation européenne, vous pouvez vous opposer à l’utilisation de vos données à caractère personnel. Vous pouvez également introduire une réclamation auprès de la CNIL. Vous bénéficiez d’un droit d’accès à vos données pour leur rectification, limitation, portabilité ou effacement, en contactant le Service Relations Donateurs par mail – ou au 3 rue Duguay-Trouin 75282 Paris Cedex 06 – ou au 0969 368 468. 

La France enferme des enfants, vous avez la clé pour les libérer !

Ethan* a 6 ans et il a brusquement arrêté de parler. Depuis qu’il a été enfermé avec sa famille dans un centre de rétention administrative (CRA), ce garçon d’ordinaire joueur et curieux, est en état de stress post-traumatique. Son cas n’a rien d’isolé : en 2021, 3135 enfants ont été placés en rétention en raison du statut migratoire de leurs parents. Comme Ethan, ils ont vécu de graves traumatismes.  Depuis 2018, nous nous mobilisons pour mettre un terme définitif à cette pratique.

Une première victoire a été obtenue : le projet de loi qui sera examiné au parlement en 2023 prévoit d’interdire le placement des enfants de moins de 16 ans dans les centres de rétention administrative en métropole.

Il faut aller plus loin ! Le projet du gouvernement permettra d’éviter le placement en rétention de quelques dizaines d’enfants (X enfants en 2021), mais des milliers d’autres continueront à être enfermés parce qu’ils auront plus de 16 ans, qu’ils résideront à Mayotte, qu’ils seront privés de liberté aux frontières ou dans les locaux de rétention administrative (LRA). C’est pourquoi nous décidons d’interpeller les parlementaires pour qu’ils déposent et votent les amendements pour élargir le périmètre de cette interdiction. Eux seuls ont le pouvoir d’interdire définitivement l’enfermement des enfants dans toutes ses formes ! 

La santé de ces enfants en dépend, comme peut en témoigner le neuropsychiatre Boris Cyrulnik :


Votre mobilisation est cruciale pour mettre un terme à cette pratique et permettre aux enfants de ne plus être exposés à la violence de l’enfermement.

Cette campagne commence à porter ses fruits, nous avons encore besoin de vous pour que la France respecte enfin pleinement la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et libère ces enfants.

On n’enferme pas un enfant. Point. 

*Son prénom a été modifié 

Objectif

Le nombre d'enfants enfermés a été multiplié par cinq de 2013 à 2018 !

UNE LOI INTERDIT L'ENFERMEMENT DES ENFANTS

EN PARLER C'EST DÉJÀ AGIR

ILS NOUS SOUTIENNENT

Libérez les enfants !

26 000 personnes opposées à leur enfermement                                                                                  Objectif : 30 000

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par UNICEF France, à des fins d’information sur la campagne. Ces données ne sont pas transférées à des tiers hors de l’Union Européenne, ne font pas l’objet d’échange avec d’autres organismes et sont conservées pendant la durée strictement nécessaire à la réalisation de la finalité précitée. Conformément à la loi « informatique et libertés » et à la règlementation européenne, vous pouvez vous opposer à l’utilisation de vos données à caractère personnel. Vous pouvez également introduire une réclamation auprès de la CNIL. Vous bénéficiez d’un droit d’accès à vos données pour leur rectification, limitation, portabilité ou effacement, en contactant le Service Relations Donateurs par mail – ou au 3 rue Duguay-Trouin 75282 Paris Cedex 06 – ou au 0969 368 468.
Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par UNICEF France, à des fins d’information sur la campagne. Ces données ne sont pas transférées à des tiers hors de l’Union Européenne, ne font pas l’objet d’échange avec d’autres organismes et sont conservées pendant la durée strictement nécessaire à la réalisation de la finalité précitée. Conformément à la loi « informatique et libertés » et à la règlementation européenne, vous pouvez vous opposer à l’utilisation de vos données à caractère personnel. Vous pouvez également introduire une réclamation auprès de la CNIL. Vous bénéficiez d’un droit d’accès à vos données pour leur rectification, limitation, portabilité ou effacement, en contactant le Service Relations Donateurs par mail – ou au 3 rue Duguay-Trouin 75282 Paris Cedex 06 – ou au 0969 368 468.

Déjà 177 000 personnes* opposées à leur enfermement, notre objectif : 200 000

J'AGIS !
Partager

La CEDH condamne la France pour avoir infligé des "traitements inhumains et dégradants" à cinq enfants enfermés.

UNICEF et ses partenaires ont publié une lettre ouverte contre l'enfermement des enfants. Le groupe de travail nous a reçus en rendez-vous.

Première condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Le Parlement vote une loi qui durcit les conditions de la rétention. Grâce à notre pression, un groupe de travail parlementaire sur l'enfermement des enfants est constitué.

6 mai 2019 : Soutenu par UNICEF, un sénateur visite le centre de rétention du Mesnil Amelot : il constate des conditions inacceptables d’enfermement.

13 mai 2019 : Le préfet de Moselle accepte de nous recevoir mais refuse de mettre un terme à la rétention des enfants.

Objectif

2012

Le nombre d'enfants enfermés a été multiplié par cinq de 2013 à 2018 !

Flèche

2016

Sep. 2018

Flèche

Nov. 2018

Flèche

Mai 2019

Flèche

UNE LOI INTERDIT L'ENFERMEMENT DES ENFANTS

Juin 2019

1074 interpellations sont envoyées au Ministre de l'Intérieur. 

26 juin 2019 : Grâce à notre mobilisation, C. Castaner répond à une question sur la rétention des enfants posée par une députée.

Flèche

©Damien Roudeau pour UNICEF France

*Le nombre total comporte également les signatures obtenues sur le site de la CIMADE