UNICEF pour chaque enfant

Contacter notre conseillère UNICEF en patrimoine solidaire

MME DE SAGAZAN
Conseillère UNICEF
est à l'écoute de votre projet

         +33 1 44 39 77 52

Demandez le Guide du patrimoine Solidaire

LISEZ LE GUIDE !
avec toutes les informations utiles sur les transmissions au profit des enfants

UNICEF France - 3 rue Duguay-Trouin – 75282 Paris Cedex 06
Un service donateur - client à votre écoute : *0969 368 468 (*appel non surtaxé)

Sylvain et Christian racontent leur « coup de coeur » pour UNICEF

Christian et Sylvain parlent avec beaucoup de facilité du legs qu’ils ont fait à UNICEF. Les deux hommes, en couple depuis plus de 40 ans, ont effectué ce geste avec le sentiment du devoir accompli. « On n’est pas des saints, insiste Sylvain, mais on est fier d’avoir fait plus de bien que de mal. » Après avoir posé leurs valises dans plusieurs régions françaises, ils vivent maintenant à Hesdin, dans les Hauts-de-France. Ils ont eu un coup de coeur pour leur maison – leurs coups de coeur sont leur boussole dans de nombreux domaines – et ils l’ont parée de tableaux et d’oeuvres d’art acquises au cours des années.

 

L’art en héritage

« Tous ces tableaux et ces meubles, ça relève de l’affectif, on a un lien fort avec chacun de ces objets », explique Christian. Ce n’est pas là pour décorer, on vit avec chacun de ces tableaux. » Après avoir été guide touristique pendant plusieurs années, le sexagénaire est devenu peintre à son tour. Il a très tôt baigné dans un riche univers culturel : « J’ai eu la chance de naître dans une famille très artistique », raconte-t-il. Mon oncle avait une impressionnante collection de masques africains à laquelle je suis habitué depuis tout petit. Et je me souviens que très tôt, mes parents ont acheté un tableau de Jacques Villon et en ont ensuite acheté d’autres. Dans notre famille, aller au musée était quelque chose de naturel. »

 

Sylvain a quant à lui découvert le milieu artistique en autodidacte. Issu d’une famille de quatre enfants, orphelin de père à l’âge de sept ans, il a très vite dû travailler pour aider sa mère. Il est arrivé à Paris à 21 ans, « émerveillé, fasciné », se remémore-t-il. C’est au contact de Christian qu’il a acquis les codes de compréhension des oeuvres d’art. N’ayant pas fait d’études secondaires, il avait soif de savoir. Une envie d’apprendre que Sylvain a retrouvée dans les témoignages d’enfants pris en charge par UNICEF : « Quand on voit l’intelligence, le savoir-faire, l’ingéniosité de ces tout-petits, parfois obligés de travailler pour s’en sortir et pallier les manques, il faut les aider, c’est évident », insiste-t-il avec conviction.

 

Un engagement en confiance

Portés par cet idéal, Sylvain et Christian donnent régulièrement à plusieurs associations dont UNICEF. Ils ont souhaité approfondir leur démarche avec un legs. « On a eu envie qu’après notre disparition, toutes ces oeuvres servent une cause qui dépasse les petits partages entre familles », commente Christian. Les deux hommes ont pris rendez-vous avec leur notaire pour se renseigner sur les possibilités qui s’offraient à eux. Très vite, choisir UNICEF leur est apparu comme une évidence.

 

« On connaît les cartes de voeux depuis tout jeunes », confie Christian dans un sourire. « Quand j’étais enfant, on allait systématiquement à la Poste chercher les cartes de voeux UNICEF. » Plus pragmatique, Sylvain complète : « Le choix a été très facile, parce que c’est une organisation mondiale, sérieuse, claire, transparente, solide. Le fait que cette association soit rattachée aux Nations Unies est une garantie de probité. » Chacun des deux hommes a désigné UNICEF comme légataire universel dans son testament, tout en prenant des mesures pour protéger le conjoint survivant.

 

Un geste d’espoir pour l’avenir

Une fois la décision prise et actée, les papiers signés, Sylvain et Christian se sont sentis « heureux » : « On est heureux pour ces enfants à travers le monde, heureux que ce geste soit utile », commente le premier en insistant sur le fait qu’il n’en tire aucune fierté personnelle. En léguant leur patrimoine à UNICEF, ils ont tous deux le sentiment de transmettre aux générations futures un peu de ce qu’on leur a transmis. « J’ai envie que notre don aille là où il y a des besoins », souligne Christian. « Avec ce legs, j’ai le sentiment d’accomplir l’une de mes citations préférées du Corbusier : ‘Reconnais cette main ouverte, la main ouverte dressée comme un signe de réconciliation – ouverte pour recevoir, ouverte pour donner.’ »

 

Dans le monde entier, des programmes mis en oeuvre par UNICEF pourront se réaliser grâce à cette générosité. Et c’est justement ce que voulait Christian : « À l’époque où j’étais guide et que je faisais Paris-Istanbul en 27 jours, j’ai compris que les frontières étaient juste des lignes que l’on imagine, mais que dans les faits, c’est juste le paysage qui évolue. Certes, on ne parle pas la même langue d’un endroit à l’autre, mais on partage la même histoire et nous sommes les mêmes êtres humains. »

 

Quand on leur demande ce qu’ils souhaitent pour chaque enfant, leurs réponses se complètent : « le bonheur d’être nourri, soigné, éduqué, car sans cela on est forcément malheureux », argue Sylvain. Avec émotion, Christian conclut : « Pour chaque enfant, pouvoir sourire. »

Contacter notre conseillère UNICEF en patrimoine solidaire

Florence LEHÉRICY
Chargée de relations bienfaiteurs 
est à l'écoute de votre projet

 +33 1 44 39 77 52

Contacter votre conseillère UNICEF patrimoine solidaire

Florence LEHÉRICY
Chargée de relations bienfaiteurs est à l'écoute de votre projet
+33 1 44 39 77 52

Demandez le Guide du patrimoine Solidaire

Obtenez  le guide !
avec toutes les informations utiles sur les legs et assurances-vie au profit des enfants

Demandez le guide UNICEF du patrimoine solidaire

LISEZ LE
GUIDE !

sur les legs, donations et assurances-vie en faveur des enfants