UNICEF pour chaque enfant

Contacter notre conseillère UNICEF en patrimoine solidaire

MME DE SAGAZAN
Conseillère UNICEF
est à l'écoute de votre projet

         +33 1 44 39 77 52

Demandez le Guide du patrimoine Solidaire

LISEZ LE GUIDE !
avec toutes les informations utiles sur les transmissions au profit des enfants

UNICEF France - 3 rue Duguay-Trouin – 75282 Paris Cedex 06
Un service donateur - client à votre écoute : *0969 368 468 (*appel non surtaxé)

Sécuriser un legs : faut-il nommer un légataire universel ?

Prévoir un légataire universel peut faciliter le règlement d’une succession. Il est possible de prévoir qu’un Organisme Sans But Lucratif (OSBL) comme l’UNICEF soit légataire universel.

 

Lorsqu’un legs est attribué par testament à un OSBL, le bénéficiaire est, dans certains cas, tenu d’accomplir certaines formalités, avant de pouvoir entrer en possession de son legs.

 

Les formalités de délivrance

 

L’OSBL désigné comme bénéficiaire d’un legs particulier (il reçoit un bien déterminé), ou institué légataire à titre universel (il reçoit une quote-part du patrimoine du défunt), doit demander la délivrance de son legs. La délivrance du legs est une formalité non judiciaire. Elle est, souvent constatée par un écrit, plus généralement par un acte notarié, indispensable en présence de biens immobiliers, mais elle peut également faire l’objet d’un acte sous seing privé.

 

En présence d’un bien immobilier, cette formalité est donc indispensable pour préciser les conditions de la délivrance et en faire la transcription à la conservation des hypothèques. Cette condition intervient qu’il s’agisse d’un testament authentique ou olographe. La délivrance doit être sollicitée auprès des héritiers réservataires ou à défaut auprès des légataires universels ou, à défaut, auprès des héritiers légaux.

 

Un risque de retard

 

L’absence d’héritier réservataire ou de légataire universel peut retarder le règlement de la succession. En effet, il est alors nécessaire de faire intervenir dans la succession des héritiers légaux c’est-à-dire des héritiers du sang qui n’ont pas été gratifiés par testament et qui pourront hésiter à accepter, voire refuser une telle mission.

 

Dans ce dernier cas, l’OSBL devra s’engager dans la voie d’une délivrance judiciaire, une procédure coûteuse qui viendra impacter ses ressources. L’OSBL peut aussi éventuellement solliciter l’intervention de la Direction Nationale d’Interventions Domaniales (DNID) laquelle prélèvera des frais de régie, coûteux pour l’OSBL. Il est donc essentiel que les bienfaiteurs sans héritiers réservataires (enfant, époux…) désignent un légataire universel.

 

Nommer l’OSBL légataire universel

 

Sans héritiers réservataires, il est tout à fait possible de nommer l’OSBL légataire universel, qui pourra garantir la bonne exécution des dernières volontés du testateur. Il veillera à la valorisation du patrimoine recueilli et pourra procéder aux délivrances de legs particuliers qui auront pu être consentis par le défunt à des proches ou des parents éloignés.

Contacter notre conseillère UNICEF en patrimoine solidaire

Florence LEHÉRICY
Chargée de relations bienfaiteurs 
est à l'écoute de votre projet

 +33 1 44 39 77 52

Contacter votre conseillère UNICEF patrimoine solidaire

Florence LEHÉRICY
Chargée de relations bienfaiteurs est à l'écoute de votre projet
+33 1 44 39 77 52

Demandez le Guide du patrimoine Solidaire

Obtenez  le guide !
avec toutes les informations utiles sur les legs et assurances-vie au profit des enfants

Demandez le guide UNICEF du patrimoine solidaire

LISEZ LE
GUIDE !

sur les legs, donations et assurances-vie en faveur des enfants